Lune Rouge

NooChronik-VideoCyberpunk-b

Par : Yann Minh

Sommaire => Français

Yann Minh détaille pour nous sa pratique de la vidéo sauvage :


NooChronik-VideoCyberpunk-b

videocyberpunk-5

Il y a 30 ans, au début des années 80, je faisais partie d’une mouvance d’artistes que je qualifierais de "pré-cyberpunks" en grandeur réelle, et cela avant même que le terme ne soit inventé et popularisé en 1983 par la littérature de SF.


Dans une traduction littérale du néologisme, un Cyberpunk c’est un "voyou cybernétique".

La plupart des formes de création noosphériques qui utilisent les nouvelles technologies de la communication et de l’information coûtent très cher. Produire des œuvres avec ces outils implique pour les artistes de devoir souvent passer par des pratiques illégales pour réaliser leurs films ou installations

Avec la plupart de mes amis artistes multimedia dans les années 80 nous pirations tout ce que nous pouvions pour finaliser nos projets.

La pratique la plus ludique et la moins répréhensible, était celle du détournement nocturne de nooscaphes, autrement dit le squatte des studios ou des plateaux TV.

Bien sur, nous n’avions rien inventé. Les pratiques cyberpunk en art plastique ont toujours existé, comme grands précurseurs je ne peux pas ne pas citer le groupe Bazooka .

Et il y avait beaucoup d’autres artistes qui gravitaient dans une mouvance cyberpunk avant l’heure à cette époque, en particulier autour de l’usine Pali Kao.

videocyberpunk-1

J’ai appris à pratiquer le Squatte de studio video à l’école, pendant mes études aux Arts Decos.

Je me cachais dans l’école la nuit pour pouvoir monter mes films sur le banc de montage U-Matic de la section vidéo afin de terminer mon installation immersive Media 000 qui sera présentée au musée d’art moderne du Centre Georges Pompidou en 1983.

Dissimulé dans une alcôve poussiéreuse au dessus de l’entrée de mon département, j’en descendais après minuit pour allumer la régie vidéo.

Afin d’atténuer le claquement mécanique du banc de montage dont le bruit risquait d’attirer l’attention du concierge, Je construisais autour de moi une sorte de tente avec un vieux tapis tenu par des pieds de projos.

videocyberpunk-6

Plus tard, après l’école, on a mis au point une stratégie très simple pour squatter les studios :

"Le premier qui obtenait des clefs prévenait les autres."

Jerome Lefdup avec qui on avait fondé le groupe de vidéastes "Les Maîtres du Monde" , a mis en ligne sur le site de Grand Canal Historique un petit collector relativement jubilatoire, les Kim Il Songs de Basile Vigne dont pas mal de séquences ont été produites lors de ces nuits de "vidéo-squatte" où on improvisait souvent n’importe quoi juste pour le plaisir de pouvoir piloter ces lourds et coûteux nooscaphes au travers de la noosphère des effets spéciaux.

videocyberpunk-12

Nous étions plusieurs auteurs et groupes d’artistes vidéo à avoir mis au point ces logistiques de production clandestines, et il arrivait parfois qu’on se retrouve dans les mêmes studios la nuit.

Hervé Nisic , un ami artiste vidéo et documentariste qu’on croisait parfois au gré des squattes nocturnes de studios vidéo avait baptisé ce type de production du joli nom d’ "Ex-Nihilo" : "à partir de rien"... Ce qui deviendra plus tard le nom de sa société de production "officielle" qui produira les créations de beaucoup d’artistes vidéo pour Canal Plus dans un contexte quasi normal.

videocyberpunk-13

Ce qui est amusant, c’est que grâce à ces stratégies de production cyberpunk "ex-nihilo" on se retrouvait souvent invités dans les festivités artistiques "officielles" à montrer nos "oeuvres" ...

videocyberpunk-8

videocyberpunk-3

Afin de réguler ces pratiques, certaines grosses sociétés de prestation vidéo comme Duboi, Riff ou Mikros avaient "officialisé" le cybersquatte de leurs équipements, en autorisant leurs monteurs truquistes à faire ce qu’ils voulaient avec le matériel en dehors des commandes clients, tant que ça ne nuisait pas aux activités commerciales de la société.

videocyberpunk-2

Mais tous les producteurs, ou prestataires n’étaient pas si "bienveillants" à l’égard de ces "piratages" de leurs équipements. Beaucoup voyaient d’un très mauvais oeil ces productions clandestines d’art vidéo destinées aux expos d’art contemporain ou pour les programmes courts de Canal, qu’ils qualifiaient du terme péjoratif de "perruque".

Ainsi, mes tropismes artistico-cyberpunks m’ont un jour valu de me faire virer d’une boite de production pour laquelle je réalisais un magazine hebdomadaire diffusé sur une chaine de TV privée.

J’avais obtenu de la productrice qu’elle me confie les clefs du plateau vidéo à Levallois.

Une fois les locaux désertés, comme j’étais techniquement relativement doué et autonome dans le pilotage de nooscaphes télévisuels, j’expédiais rapidement l’habillage de l’hebdo puis j’appelais mes amies pour tourner des scènes fétichistes sur le fond bleu du plateau.
(J’exploite encore ces rushs, que j’ai recyclés dans Haime , et dont j’avais aussi données quelques séquences dans les années 90 au groupe de VJ V-Form que Pedro (Pierre Ménétrier) a intégré dans son excellent film "Untitled Story" (un 52’ entirèrement réalisé la nuit sur le Flame de Riff.)

videocyberpunk-11

Quand je ne tournais pas des scènes fetishs en pirate sur le plateau je passais mes nuits à truquer des plans et à monter mes films de création sur les équipements du studio.

A cette époque les effets spéciaux sur micro ordinateur en étaient à leurs balbutiements, un studio de trucage et de montage vidéo professionnel valait autour de 150 000 euros à l’achat, et étaient loués 5000 euros la journée.

Les subventions à la création vidéo étant comme aujourdhui, distillées au compte goutte, si on voulait faire des oeuvres "hors-normes" télévisuelles, il fallait user de stratagèmes... euh... alternatifs.. cyberpunks... quoi...

C’est ainsi que j’ai réalisé, entre autre, deux court-métrages d’art vidéo fétichiste qui, paradoxalement ont eu pas mal de succès auprès du ministère des relations extérieures qui les a diffusé entre autre dans des festivals d’art vidéo au Chili et en Lettonie : Cx/Fin et Stock-Shots

Malheureusement, au bout de quelques mois, la production se doutant de quelque chose a négocié avec mon stagiaire un poste de directeur de production contre un rapport sur mes activités nocturnes dans les studios. Et bien sur, je me suis fait virer...

videocyberpunk-10

Les groupes de vidéastes les plus cyberpunks dont je me rappelle, c’était Bazooka avec Kiki Picasso, les Maîtres du Monde,Ex Nihilo avant que ça devienne une société, Nomades Urbains dissociés, il y avait aussi cette TV pirate qui se faisait régulièrement saisir ses émetteurs par la DST ...

Depuis les années 80, les choses n’ont pas vraiment beaucoup changées, il faut toujours savoir user de stratégies cyberpunks pour aboutir ses créations... la différence, c’est que nous sommes maintenant des milliers, voir des millions de cyberpunks... et souvent malgré nous... smiley


Retrouvez les créations de Yann Minh sur son site :
http://yannminh.com/

© texte et photos : Yann Minh


A vous de jouer !

Vous pouvez vous aussi présenter vos oeuvres dans nos pages. Envoyez-nous votre texte ou bien de une à trois photos par oeuvre (par e-mail ou par la poste). Nous la présenterons gratuitement aussi longtemps que possible. Seules conditions : vous devez être l'auteur de l'oeuvre et celle-ci doit avoir un rapport avec le Fantastique, la Science Fiction ou l'Horreur. Voir notre adresse dans la page Contacts

Pour nous contacter, envoyez un courriel au webmestre. Copyright ©
Lune Rouge