Lune Rouge

Entretien avec Jean Luc Blondel

Par : Lionel Allorge

Sommaire => Français

Jean Luc Blondel est responsable d’un atelier vidéo dans hôpital psychatrique où il fait participer ses patients à la réalisation.

Lionel Allorge : Peux-tu te présenter ?

Jean Luc Blondel : En 1972 je passe un CAP de Photographe, puis (1978) un diplôme d’infirmier de secteur en psychiatrie. A ce jour (depuis 1999) je suis responsable d’un atelier thérapeutique dans un hôpital public du Loir et Cher, où je fais pratiquer la vidéo aux patients.

L A : Pourquoi la vidéo ?

JL B :En 1980, en même temps que mon cousin qui est aussi un collègue de travail, nous achetons, pour notre usage personnel, une caméra vidéo chacun, matériel tout nouveau sur le marché et nous commençons également à filmer, avec l’autorisation de nos supérieurs, dans nos services respectifs à l’hôpital, en secteur psychiatrique, qui est, bien sûr un lieu de soin mais aussi à cette époque un lieu de vie pour les patients. Notre démarche, à cette époque, est de filmer la vie courante des patients, les fêtes organisées ou les rencontres sportives pour faire des souvenirs, pour garder une trace, comme on le faisait chez nous, en famille. Les films ne sont pas montés et reste la propriété de l’établissement. Ils ne sont diffusés qu’aux patients et ensuite archivés.
Les patients ont un rôle passif, ils se laissent filmer (avec leurs autorisations) et ne se servent pas du matériel.
Après quelques années de ce fonctionnement mon collègue (et cousin) a eu la possibilité de développer un atelier vidéo dans le service de sociothérapie de l’hôpital, toujours sur la même méthode mais essayant d’impliquer plus les patients dans le choix des sujets à filmer. C’est toujours le personnel encadrant qui filme.

Parallèlement, dans mon service j’arrive à créer et à développer un atelier vidéo d’un autre genre :
je fais participer activement les patients aussi bien techniquement, qu’à la réalisation et à et la créativité. C’est en 1994 que la première fiction écrite, jouée et réalisée par les patients a vu le jour.
Cela me permet d’avoir une prise en charge différente, je trouve quelque chose de nouveau car je n’ai plus la même relation avec le patient. Nous créons ensemble et je leur apporte des connaissances techniques qui leur semblaient inabordables dans un premier temps, et visiblement cela leur plaît bien . Je me dis alors qu’il faut aller plus loin dans cette démarche, Je demande donc à faire des stages pour me former et me spécialiser aussi bien à la technique vidéo et surtout à la pratique de la vidéo en psychiatrie.
Parallèlement à cette démarche je suis un des responsables d’une cellule d’information sur le SIDA au centre hospitalier et lors d’une réunion avec les patients où la question était « comment informer au mieux les patients hospitalisés en milieu protégé ? » les patients proposent de tourner un film. Décision est prise : cela sera une fiction.

Le projet est lancé, déposé à la DASS du Loir et Cher, accepté, nous obtenons des subventions qui nous permettent d’acheter deux caméras Digital 8 et une table de montage « Casablanca ».
Le scénario est écrit, filmé, joué et réalisé à 80 pour cent par les patients eux-mêmes.
Le projet a duré 18 mois. Le film s’appelle "Se protéger en milieu protégé".
Il a été présenté au festival international Ciné-vidéo-psy de Lorquin, au festival international du film de santé d’Aurillac et aux rencontres nationales de vidéo en santé mentale de Paris.
Le film a eu un petit succès et on a distribué gratuitement des cassettes aux établissements demandeurs leur permettant d’avoir ce support d’aide à l’information sur la protection du sida.

En psychiatrie, deux facettes se dégagent de la pratique de la vidéo, celle que je pratique qui consiste à faire participer le patient à un projet créatif et ludique, tout en conservant son aspect thérapeutique en respectant bien sûr l’image de la personne.
L’autre facette étant de filmer les patients pour permettre au psychologue ou au psychiatre de travailler sur ces images avec lui. Pratique non employée dans l’établissement ou je travaille.

L A : Pourquoi avoir fait venir des patients sur le tournage de notre film Terminal Damage ?

JL B :Participant personnellement à ce projet, c’était une opportunité pour moi de proposer aux patients qui font de la vidéo d’aller voir un tournage ailleurs que dans le milieu hospitalier où nous évoluons, la façon dont cela se passe. Le but étant de faire voir que notre méthode est la même que pour des projets se réalisant hors hôpital.

L A : Est-ce que cela les intéresserait de venir voir ?

JL B :Evidement, cela les intéressait, mais il a fallu une préparation, des explications pour que le groupe reste discret et ne perturbe pas le tournage.
Les patients ont un souvenir formidable de ce moment et reste la référence lors de leurs propres tournages.
C’était très intéressant et revalorisant pour eux. Cela leur a fait voir qu’ils peuvent faire la même chose qu’à l’extérieur.

L A : Et actuellement, que faites-vous à l’atelier ?

JL B :On essaye de faire un peu de tout, des pubs, des petites fictions, des animations,...
Tous les ans, l’hôpital organise une randonnée en Sologne sur une semaine, y participent des hôpitaux de la France entière. Ainsi, l’année dernière, il y a eu participation de 20 hôpitaux.
Le challenge que l’on s’était fixé avec les patients, c’était de faire un film de cette randonnée, du mardi au vendredi, et de projeter le film monté le vendredi soir.
Depuis 2 ans, lors de ces journées de rando, des patients partent donc chacun avec une caméra et ramènent des images que je monte le soir même avec leurs aides.
Le challenge a été gagné et le film a beaucoup de succès à chaque fois.

L A : Peux-tu présenter l’association Making Of 41 ?

JL B :C’est par une petite annonce dans un journal local que j’ai fait la connaissance de Florent qui cherchait à constituer une équipe technique pour tourner un court-métrage.
Grâce à mon expérience et mes quelques connaissances dans le domaine de la réalisation, j’ai pu aider Florent à mener jusqu’au bout son « projet jeune » : la réalisation de « Dernière balle »
Ayant sympathisé avec Florent, il a pu à son tour m’aider dans la réalisation de mon court-métrage « la scène ACTE II ».
C’est au court de ce projet, et vu la difficulté de réunir une équipe, que nous avons pensé à créer une association qui aurait pour but de venir en aide aux réalisateurs à trouver une équipe grâce à un carnet d’adresses de personnes motivées pour participer bénévolement à des réalisations de films en vidéo.
L’association Making Of 41 est donc née en novembre 2000.
Notre premier gros projet fut de participer au tournage du long métrage « Terminal Damage ». Cela représente ce que nous voulions faire grâce à l’association, trouver et mettre à disposition du réalisateur les personnes et les lieux dont il a besoin. En l’occurrence pour ce projet nous avons pu mobiliser une quarantaine de personnes et des lieux aussi différents qu’ une usine désaffectée et un village entier pour une journée.
Deux courts métrage viennent d’être tournés et nous préparons l’organisation du 1er festival de Making of de film qui aura lieu le 20 septembre 2003.

L A : Merci et bonne continuation.


A vous de jouer !

Vous pouvez vous aussi présenter vos oeuvres dans nos pages. Envoyez-nous votre texte ou bien de une à trois photos par oeuvre (par e-mail ou par la poste). Nous la présenterons gratuitement aussi longtemps que possible. Seules conditions : vous devez être l'auteur de l'oeuvre et celle-ci doit avoir un rapport avec le Fantastique, la Science Fiction ou l'Horreur. Voir notre adresse dans la page Contacts

Pour nous contacter, envoyez un courriel au webmestre. Copyright ©
Lune Rouge