Lune Rouge

SIOU Ludovic page 3

Sommaire => Français => Fantastique et S.F. => Galerie d’Art

Présentation des oeuvres de Ludovic SIOU :

Cliquez sur une image pour l’agrandir :

Journal de bord de l’EXECUTOR :

Janvier 1997 :
Ayant une activité professionnelle réduite au strict minimum, je décide de mettre à profit mes compétences en CAO pour réaliser les plans de l’Executor à l’échelle du Star Destroyer de chez MPC. Je commence par réunir les trop rares documents visuels qui existent sur ce vaisseau. Micro-Machine a heureusement eu la bonne idée de la sortir en jouet, ce qui me donne une meilleure visualisation des principaux angles de l’engin. La modélisation en 3D n’est pas compliquée en soi du point de vue de la coque. En revanche, aucune photo ne détaille clairement la partie supérieure. Je décide donc d’occulter ceci en me concentrant sur la coque.

Avril 1997 :
Premier salon du modélisme auquel je participe avec Hobby One. J’en profite pour faire la connaissance de maquettistes auxquels je demande quelques conseils. Très vite, il apparaît que ce genre de maquette nécessite une structure interne très résistante, compte tenu de ses dimensions. Je décide donc de reporter ce projet à plus tard et de me contenter, en attendant, d’une version à petite échelle, c’est-à-dire, celle des Destroyers Micro-Machine. La maquette fera environ 35 cm de long. Il s’agit de celle dont les photos figurent sur cette page : SIOU Ludovic page 2.

Mai 1997 :
Je tire tous les plans nécessaires aux deux maquettes (grande et petite).

Juin 1997 :
Malgré un regain d’activité professionnelle, consécutif à mon changement d’employeur, je parviens au bout de plusieurs mois à modéliser pour la petite maquette (dont la coque est entièrement finie), les structures supérieures.

Juin 1997 à décembre 1997 :
Je réalise ma petite maquette de l’Executor. Elle me servira de base pour faire la grande plus tard et ne pas répéter certaines erreurs de conception. Le plus long est la texture à appliquer sur la coque pour donner un effet complexe à la maquette. De nombreuses heures sont passées, rien que pour cela.

Décembre 1997 :
La petite maquette est finie. Le résultat est satisfaisant compte tenu du peu de matériel dont je dispose (un cutter et une règle).

Avril 1998 :
La maquette est exposée au salon du modélisme. Elle remporte un franc succès auprès des fans, ce qui est une source de satisfaction.

Mai 1998 :
Très impatient de commencer la grande, je commence à tailler les principales plaques de plastique qui constitueront l’enveloppe de la coque, sans savoir si un jour je serai capable de mener à terme mon projet. J’ai l’intention d’en faire un cut-out au niveau du hangar. Je commence donc cette partie en espérant plus tard pouvoir l’intégrer facilement à la maquette. Je commence à réaliser, en parallèle, tout comme sur la petite maquette, les textures irrégulières qui donneront un aspect plus fini à la maquette. Rapidement, je laisse cela de côté pour me concentrer sur d’autres projets, plus simples à faire et prenant moins de place. Je n’y retoucherai pas avant de nombreux mois.

Juillet 1999 :
Je me décide à reprendre en main mon projet d’Executor. Après avoir évoqué le sujet quelques mois plus tôt avec des amis maquettistes, je sais à présent de quelle façon je peux réaliser la structure interne sur laquelle reposera le vaisseau. Problème : il me faut remettre la main sur mes anciens fichiers CAO, dont j’avais conservé une copie sur une bande. Après les avoir rechargés sur ma station de travail, j’évide l’intérieur du solide 3D, pour ne conserver qu’une peau de 1mm d’épaisseur, correspondant à l’épaisseur de plastique de la maquette. J’obtiens ainsi un volume creux à l’intérieur duquel je peux librement disposer des sections sur lesquelles viendront prendre place les tubes et profilés en U en aluminium. La structure est finie en quelques jours. Je sors les plans des sections. Conscient que pour tailler ces sections, je dois acheter un matériel coûteux, dont la seule utilisation sera réservée à cette maquette, je sous-traite cette opération, auprès d’un ami maquettiste de profession, Sylvain Viatte. Non seulement il me découpe les pièces selon mes indications, mais aussi les tubes servant de renforts et qui assurent le lien entre chaque section. Il m’assure que les profilés en U ne sont pas d’une grande utilité.

Décembre 1999 :
Je prends livraison de l’ensemble démonté à Noël et le ramène chez moi.

Janvier 2000 :
Le montage s’avère assez simple, d’autant qu’il ne s’agissait plus que de mettre bout à bout les trois sous parties. J’achète une penderie sur roulette qui servira de support au vaisseau. Par chance, l’entraxe correspond exactement à celui de deux des sections. Il n’y a donc aucun travail à effectuer dessus, ou presque. La structure sur son support ne peut hélas se contenter des tubes d’aluminium, contrairement à ce que pensait Sylvain. Une légère flèche apparaît sur l’avant, là où le vaisseau est le plus fin. La cyanolite n’est pas non plus suffisante pour maintenir les parties entre elles. Malgré tout, le travail de Sylvain est remarquable, car les sections sont exactement dans le prolongement l’une de l’autre, comme sur le plan initial.Pour maintenir l’ensemble, j’incruste dans le tube d’aluminium du milieu une tige filetée. La structure peut à présent bouger sur son socle totalement librement, sans risque de se démonter. Je me décide alors de monter, en les maintenant par du scotch, les pièces de plastique que j’avais de nombreux mois auparavant découpées. Miracle ! Elles s’ajustent parfaitement. Ce pré-montage, fait cependant apparaître un problème important : le poids du plastique fait se fléchir la peau. On voit "les cotes" sous la peau. Il sera donc nécessaire de rajouter des supports entre chaque section. En attendant, je continue de texturer la peau de la coque. Plusieurs semaines sont nécessaires pour la partie supérieure, qui sera la première à être montée.

Février - mars 2000 :
Les rainures sur la partie supérieure sont finies. La première peau va pouvoir être mise en place. Avant cela, je dois renforcer la structure par des profilés en U qui seront vissés dans les sections à l’aide de petites vis Torx de 2,5mm de diamètre. J’abandonne du coup le cut-out. A l’aide d’une petite scie de modéliste, je pratique des encoches dans chacune des sections. Bien que pensant devoir démonter l’ensemble pour cette opération, il s’avère que le Plexiglas est suffisamment résistant pour être travaillé à même la structure. Qui plus est, pour que l’ajustement soit parfait, je suis obligé de monter régulièrement les profilés pour vérifier que l’alignement d’un couple à l’autre est respecté. C’est un travail assez long et qui demande de la concentration pour éviter de casser un couple en Plexiglas pendant que l’on scie. Cette opération finie, je récupère au boulot une vingtaine de petites vis à tête fraisée et réalise de nombreux trous dans les profilés en alu pour la fixation de la peau. Les profilés sont quant à eux vissés dans le Plexiglas. Je perce donc un trou de diamètre 2mm dans les couples aux intersections avec les profilés, et dans ceux-ci, un trou un peu plus grand chanfreiné. Les vis que j’utilise sont auto-taraudeuses, mais la norme préconise un avant trou de 2.1 mm. Je chauffe donc chaque vis avec un briquet pour ramollir le plastique pour créer le filetage. Cela évite ainsi les " fêlures ". Une fois tous les trous percés et les profilés vissés dans la structure, je lime la partie de la tête des vis qui dépassent. Après avoir tenté de monter la peau sur la structure en la maintenant uniquement par ces vis, un nouveau problème apparaît : le léger décalage des trous entre la peau et les profilés crée des vagues sur le dessus. Je décide donc de maintenir le peau par seulement 6 vis et de coller le plastique sur les profilés.

A suivre.

Si des personnes sont intéressées par cette maquette, elles peuvent rentrer en contact avec moi par E-Mail à l’adresse suivante : ludsidious@laposte.net

Ludovic Siou

Photos et textes © Ludovic SIOU.


Participez !

Nous cherchons de l'aide pour les activités de l'association.
Pour plus d'infos cliquez ici !

Pour nous contacter, envoyez un courriel au webmestre. Copyright ©
Lune Rouge