Lune Rouge

Poursuite

Sommaire => Français => Fantastique et S.F. => Textes

 

Poursuite

Lydie METAYER

 

 

 Des nuages floconneux musardaient dans le ciel, impassibles, des vaches paissaient dans un champ. Jade, au volant de sa voiture jaune, se concentrait sur la route. A ses côtés Alex vérifiait leur itinéraire sur sa carte. Le jeune homme cherchait le chemin le plus rapide, le temps jouait contre eux. Il n’avait pas prévu qu’Ils les retrouveraient aussi vite. Jade lança un regard anxieux au rétroviseur intérieur ; leurs poursuivants les talonnaient toujours. Jade tenta de les distancer en coupant à travers champs. Elle contrôlait avec difficultés les cahots de sa Renault 5. Elle défonça une barrière, le pied au plancher. Un petit groupe de corbeaux s’envola fixant l’objet de leur dérangement d’un regard haineux. Jade déglutit avec peine, Alex aussi. Jade décida qu’un ange devait veiller sur eux, sa manière de conduire aurait dû les tuer depuis longtemps Elle avait pourtant la sensation de ne pas être un as du volant. D’où lui venaient alors ces capacités exceptionnelles de conduite ? De la peur de mourir ? Pourquoi sa mémoire se révélait-elle aussi déficiente chaque fois qu’elle voulait la consulter ? Pourquoi cet immense, ce terrible trou noir ? Jusqu’au moment Où elle s’était retrouvée seule, sur cette route inconnue avec cette impression d’avoir marché des heures. Elle cheminait au hasard comme surgie du néant avec cette douleur lancinante à la tête. Son amnésie venait-elle de là ? Elle fonçait maintenant sur une route avec les hordes de l’enfer à ses trousses, un inconnu à ses côtés à la recherche d’une porte mystérieuse...

 Jade jeta un coup d’oeil rapide sur Alex. Le regard lointain, il semblait préoccupé. Allons ! Elle n’avait pas plus le temps de se poser des questions que d’admirer le paysage, elle devait semer l’autre voiture.

 - Jade là-bas Une ville fortifiée, dirige-toi vers elle.

 Jade changea de direction, elle s’étonna de ne pas l’avoir aperçue plus tôt. Pourtant, cette cite avait quelque chose de familier, un sentiment de déjà vu s’imposa à son esprit.

 Les deux jeunes gens avaient gagné quelques minutes sur leurs poursuivants, mais ils n’étaient pas encore en sécurité. La jeune femme fonçait dans les rues étroites et pavées. Elle roulait si vite que les roues de sa voiture décollaient dans les tournants. La boite de vitesse craquait et les pneus crissaient sur la chaussée. Le visage et les muscles tendus, Jade tentait d’oublier la peur qui dévorait ses entrailles.

 La ville paraissait figée. Les gens ne semblaient pas s’apercevoir de leur passage tonitruant et se mouvaient au ralenti, comme décalés dans le temps. Alex s’agrippait au tableau de bord, priant pour qu’ils ne se tuent pas.

 Un tournant trop serré, un tête à queue et la voiture termina sa course contre un mur. Etourdie, Jade essaya de redémarrer, en vain. Elle déboucla sa ceinture, ouvrit d’un coup sec sa portière et, perplexe, balaya du regard les alentours. La rue était déserte et silencieuse. Aucun passant, aucun habitant attiré par le bruit du choc. Alex massa son épaule droite endolorie, vérifia qu’il n’avait rien de casser, puis saisit la main de Jade et l’entraîna rapidement au loin.

 - Viens, ne restons pas là, c’est dangereux.

 Déjà la mercédes noire de leurs traqueurs arrivait sur eux. Comme ils roulaient trop vite, ils percutèrent la Renault accidentée de Jade. Le fracas du choc retentit dans toute la ville. Les deux jeunes gens se hâtèrent, ils n’avaient pas encore atteint leur destination.

 Alex et Jade se hâtaient sur une route de campagne, une rivière serpentait à leur côté. Jade suivait péniblement le rythme donné par le jeune homme. Chaques parcelles de son corps protestaient d’être ainsi rudoyées. L’air doux embaumait le lilas. Epuisée, Jade s’écroula sur le bas-côté. Elle observa avec fascination l’énorme roue à aubes d’un moulin à eau. Cette image s insinua dans son esprit, un flash traversa la nuit de sa mémoire. Trop court hélas pour faire surgir le moindre souvenir. Jade fixa le soleil un instant, toujours au zénith, immobile et glacé. Le temps s’était-il arrêté ? Tout semblait si irréel autour d’elle, trop bucolique. Un frisson parcouru son épine dorsale, Jade enserra son buste de ses bras. L’angoisse s’insinuait en elle.

 - Jade ! Mais qu’est-ce que tu fais ?!

 Alex revenait sur ses pas en courant.

 - Tu es folle ou quoi ! On ne peut pas prendre le risque de s’arrêter maintenant.

 Jade effleura de son regard perdu le visage de son compagnon.

 - Alex, qu’est-ce qui ne va pas ici ?

 - Nous n’avons pas le temps pour les explications.

 - S’il te plaît ! Jusque là, je t’ai suivi sans poser de questions, mais là... ce n’est pas vrai, je suis entrain de rêver ?

 - Tu ne rêves pas et s’ils nous rattrapent : tu es morte !

 - Mais...

 Alex soupira, posa ses mains sur les épaules tendues de la jeune femme. Il ouvrait de nouveau la bouche lorsqu’un grondement retentit dans le lointain. La route se mit à vibrer, le bruit saccadé - comme un martèlement - enfla jusqu’à devenir assourdissant.

 - Des cavaliers ! Ils nous ont encore retrouvé !

 Sans perdre un instant, Alex entraîna Jade dans l’eau. La jeune femme étouffa un cri d’effroi, elle avait peur de l’eau.

 Blottie entre la poitrine Alex et la rive, Jade se cachait. L’angoisse nouait douloureusement son estomac.

 En silence, les deux jeunes gens remontaient le courant de la rivière. Seuls résonnaient le coassement des grenouilles et le clapotis de l’eau. L’eau l’entourait, l’enserrait dans un carcan près à l’étouffer. Jade ignorait d’où lui venait cette oppression mais elle n’aimait pas la sensation qu’elle provoquait en elle. Encore un flash... Un cri, des lumières, un bruit assourdissant, un moulin, de l’eau... puis plus rien qui puisse l’aider. Jade se laissa glisser dans une torpeur bienheureuse. Elle ne voulait plus continuer. Elle se sentait si fatiguée, tellement fatiguée... La voix chaude d’Alex s’infiltra dans les brumes épaisses de sa léthargie. Jade sursauta.

 - Courage Jade, n’abandonne pas. Nous ne sommes plus très loin maintenant.

 Un voile rouge se déchira devant les yeux de Jade. Elle toucha la main d’Alex pour s’assurer qu’elle était bien éveillée.. Soutenue par un bras vigoureux, la frêle jeune femme n’avait plus froid, elle reprenait espoir. Toujours vigilant, le jeune homme veillait sur elle. Au moindre bruit suspect, ils s’immobilisaient, la respiration suspendue, leurs doigts mouillés agrippaient l’herbe grasse de la berge. Le coeur de Jade palpitait comme les ailes d’une libellule affolée. Alex accentua la pression sur la taille de sa protégée pour l’encourager. Le regard de Jade s’embua devant ce geste tendre. Sans lui, sans son aide, que serait-elle devenue, seule dans ce monde hostile ? Elle leva les yeux, de drôles de nuages violets envahissaient le ciel. Le cri strident d’un animal inconnu retentit au loin. L’atmosphère s’alourdissait peu à peu.

 Alex et Jade quittèrent la protection de la rivière pour s’enfoncer à l’intérieur des terres. Le paysage se déclinait maintenant en diverses nuances de rouge. Très peu de végétation poussait dans ce désert de roc. Jade s’attendait à une chaleur intense dans un endroit pareil, elle fût très étonnée de constater que la température y était plutôt fraîche. De nouveau, Jade décida de ne pas prêter attention aux petits détails étranges qu’elle avait remarqués tout le long de cette aventure. D’ailleurs, elle n’arrivait pas à se souvenir comment toute cette histoire avait commencé. Et Alex ? Jade observa le jeune homme, ses cheveux en désordre lui donnait l’air malicieux. Mais... dans quelles circonstances l’avait-elle rencontré ? La jeune femme massa ses tempes douloureuses du bout des doigts. Un début de migraine s’annonçait.

 Elle fouilla dans ses souvenirs, le néant absolu, une fois de plus. Jade lui accordait pourtant toute sa confiance. Qui était-il ? Elle l’ignorait. Elle regarda la main aux longs doigts qui enserrait la sienne. Elle le suivait pourtant sans crainte vers ce passage qui devait la ramener chez elle. Il le lui avait promis : sitôt la porte franchie tout deviendrait clair.

 

 Une petite brise souleva les boucles dorées de Jade, son regard rencontra celui d’Alex. Autour d’eux, tout n’était que silence. Quelques rares fleurs rubis dansaient sur leur passage.

 Alex lui indiqua au loin des rochers en forme de dolmen. Le jeune homme sourit, ils arrivaient enfin au terme de leur voyage.

 - Jade, tu vois la porte là-bas, ce dolmen ?

 Jade ne comprenait pas. Elle ne voyait aucune porte ! Seulement des grosses pierres en équilibre précaire...

 Un bruit infernal interrompit ses pensées. Un cri de terreur s’étrangla dans la gorge de la jeune femme. Les cavaliers approchaient au triple galop. Leurs vêtements amples et leurs chevaux étaient aussi sombres que leurs visages étaient pâles. Alex entraîna Jade vers le dolmen. Elle courait aussi vite que ses jambes le lui permettaient. Hélas, les montures d’ébène, plus rapides, rattraperaient les deux fugitifs bien avant qu’ils puissent atteindre leur objectif. Alex enrageait, si près du but !!

 L’air se chargeait d’électricité, le tonnerre des sabots envahissait l’espace. Alex devait agir avant qu’il ne soit trop tard. Le jeune homme se concentra sur ses mains. Un boomerang et un long bâton apparurent alors aux creux de ses paumes, sous le regard stupéfait de Jade. Le jeune homme lui donna le bâton pour se défendre. Sans perdre de temps, Alex lança le boomerang. L’arme décrivit une trajectoire parfaite, désarçonna deux cavaliers et revint dans la main levée du jeune homme.

 - Mais qui sont ces hommes ?

 Sans s’arrêter de courir, Alex expliqua :

 - On les appelle Les Cavaliers. Toute créature qui s’égare de ce côté devient la proie de ces chasseurs. Leur mission est de ramener à la déesse de la mort les imprudents comme toi.

 - Comme moi ?

 La jeune femme s interrogea : en quoi avait-elle été imprudente ? Elle avait beau chercher, elle ne souvenait de rien. Le souffle du vent s’amplifia, des masses de poussière s’envolèrent. Le soleil se voila de sang.

 Alex se retourna et lança, a deux reprises son arme avec succès, mais les cavaliers les avaient déjà rattrapés. Jade, mue par la peur, se servit de son bâton avec adresse. Il ne restait que quelques mètres à parcourir. Alex réfléchissait, seule Jade devait franchir le seuil, son rôle à lui se limitait à l’aider.

 - Jade ! Vas-y, cours Ne m’attends pas !

 - Mais...

 - Cours, je te dis !

 Jade ne pouvait l’abandonner. Il avait prit soin d’elle, l’avait protégée. Elle ne voulaIt pas qu’il tombe sous les coups de ces monstres. Mais Alex ne voulut rien entendre.

 - Dépêche-toi ! Allez file !

 Leurs regards se croisèrent. A regret, elle détourna la tête et reprit sa course.

 Jade allait atteindre le dolmen lorsqu’une main glacée saisit son pied. Elle s’abattit dans la poussière rouge mais décrocha son autre pied dans le visage de son agresseur. Incroyable comme la peur peut décupler vos réflexes. Il la lâcha mais se redressa aussitôt et la plaqua au sol. Jade poussa un cri de dépit, le poids de cette brute la clouait au sol. Le froid que dégageait l’ignoble individu s’insinuait en elle, paralysant peu à peu tous ses membres. La jeune femme réfléchissait pour trouver une solution mais son cerveau s’engourdissait aussi. L’haleine de l’homme exhalait une odeur méphitique ; ses doigts de glace pénétraient dans la chair tendre des épaules de Jade. Alex, qui s’était débarrassé provisoirement des autres, se précipita pour l’aider. Il saisit l’homme, dégagea Jade, et lui cria de passer la porte.

 La jeune femme lança un regard incertain vers Alex. A cette minute, une onde de panique la traversa. Elle voulait rentrer chez elle mais quitter Alex et sa présence rassurante était un déchirement. La voix irritée du jeune homme l’arracha à ses pensées confuses.

 - Mais qu’est-ce que tu attends ? Vite !

 Jade savait qu’il disait vrai. D’un souffle léger sur la paume de sa main, la jeune femme envoya un baiser d’adieu a son protecteur.

 

 Jade se retrouva dans un long corridor à la lumière bleue striée. Au fond, elle apercevait une lueur. Une musique divine parvenait à ses oreilles, mélange de percussions et de cuivres sur fond de violons. Une main sur la poitrine, elle avança avec une certaine fébrilité. Une sensation de légèreté, de flottement délicieux la saisit...

 

 Un bruit indistinct parvenait aux oreilles de Jade. Une odeur d’éther chatouillait ses narines. Elle était immobile, allongée sur un lit. Ses paupières semblaient peser des tonnes ! Où se trouvait-elle ? Dormir... elle était si fatiguée ! Dormir... Les questions attendraient plus tard.

 Jade ouvrit les yeux, sa bouche desséchée réclamait de l’eau. Ses muscles endoloris ne répondaient pas aux ordres de son cerveau. Elle tourna doucement la tête, d’autres lits étaient à côté du sien. Le parfum délicat des bouquets de lilas embaumait la pièce. Que faisait-elle ici ? Que s’était-il passé ? Sous sa main droite, Jade sentit une petite boite avec un bouton. Elle appuya dessus et attendit, angoissée, la suite des évènements. Une femme apparut bientôt.

 - Oh Seigneur !! Alexandre ! Appelle un médecin, le 203 vient de se réveiller ! Bonjour mon petit, comment vous sentez-vous ?

 Jade réclama à boire, sa gorge était en feu. L’infirmier l’aida à se désaltérer. Elle perçut les explications qu’il lui fournit à travers un brouillard cotonneux : son grave accident de voiture, son état préoccupant après avoir atterri dans une rivière prés d’un moulin à eau, le transport en hélicoptère, son coma de quelques jours.

 Son cerveau se remettait en route et elle sourit quand elle comprit que cet infirmier qui l’avait veillé n’était autre qu’Alex.

 

Texte © 1999 : Lydie METAYER.


A vous de jouer !

Vous pouvez vous aussi présenter vos oeuvres dans nos pages. Envoyez votre texte ou des photos de vos oeuvres par courriel au webmestre. Nous la présenterons gratuitement dans notre galerie. Seules conditions : vous devez être l'auteur de l'oeuvre et celle-ci doit avoir un rapport avec le Fantastique, la Science-Fiction ou l'Horreur.

Pour nous contacter, envoyez un courriel au webmestre. Copyright ©
Lune Rouge