Lune Rouge

Lune Rouge

Sommaire => Français => Fantastique et S.F. => Textes

 

Lune Rouge

Thibaut BRIX

 

Haute dans le ciel, la Lune pâle espionnait de son oeil unique et décharné la vie sur Terre. A chaque fois que Rachel regardait cet astre que l’on disait inerte, elle ne pouvait s’empêcher de le trouver étrangement vivant, sournoisement intelligent. Rachel se blottit un peu plus au creux des bras de Mathieu...

Tendre Mathieu, lui seul pouvait la protéger de la Lune et du reste. Elle était bien avec lui, elle aurait voulu que cet instant dure toute la vie, que l’éternité leur appartienne... Malheureusement Mathieu devait rentrer à Paris. Finies les vacances au soleil, finies les nuits sauvages dans les prés... Rachel l’embrassa longuement. Et sentit l’oeil voyeur de la Lune posé sur elle. Maudite Lune...

Mathieu partit tôt dans la matinée. Rachel se sentit étrangement seule et perdue sans lui. Quinze jours de bonheur venaient d’être balayés en un instant. Bien sûr, il restait les souvenirs mais les amoureux ne se contentent pas de souvenirs. Vivement les prochaines vacances.

Après avoir emmené Mathieu à la gare, Rachel décida de profiter de son dernier week-end de détente avant le retour de ses parents pour faire le ménage, remplir le réfrigérateur et passer voir quelques amies.

Si la journée fut particulièrement ensoleillée, le crépuscule fut magnifique : la trame flamboyante du Soleil, d’un rouge somptueux, se déroula au-dessus de l’horizon, comme un voile surnaturel. Rachel resta un long moment à l’observer depuis la terrasse de la maison, comme elle l’avait souvent fait avec Mathieu.

Le Soleil se cacha et la nuit reprit ses droits. Et avec elle son dieu astral ténébreux, la Lune... Celle-ci avait un aspect étrange ce soir-là. Sa surface torturée par les vents de l’espace semblait briller d’un éclat rougeâtre. Rachel n’avait jamais rien vu de tel. C’était comme si... comme si le sang montait à la tête de la Lune ! Drôle de comparaison pour une masse inerte et minérale. Mais la Lune paraissait si vivante... Rachel en frissonna.

Elle rentra à la maison et s’y enferma. Elle n’aimait pas la Lune, encore moins l’éclat rouge qui l’animait ce soir. La jeune fille se prépara un plateau-repas frugal et s’affala dans le canapé, une main vissée sur la télécommande du téléviseur. Des informations sur toutes les chaînes, la misère du monde dans toute sa ténébreuse splendeur, et... un reportage sur la Lune ! Rachel jura et zappa. Puis, la fatigue prenant peu à peu le pas, elle termina en hâte son dîner et monta se coucher... Seule.

Elle se réveilla aussi rapidement qu’elle s’était endormie et se dressa dans son lit, certaine que quelque chose clochait autour d’elle... Elle chercha dans l’obscurité l’interrupteur de sa lampe de chevet et alluma. La lumière jaune vif agressa ses pupilles. Les yeux mi-clôts, Rachel se leva en grognant et descendit au rez-de-chaussée. Là, elle vérifia que la porte d’entrée était bien fermée à double-tour et que personne n’était caché dans les recoins obscurs de la maison. Ceci fait, elle s’apprêtait à remonter lorsqu’un détail attira son attention. Un détail mineur qui lui arracha pourtant une exclamation effrayée... Un reflet de la Lune dans le grand miroir du salon venait de ranimer toutes ses angoisses... Rachel se précipita vers la fenêtre d’où provenait ce reflet, la seule fenêtre de la maison qui n’avait pas de volets et...

La jeune fille recula, terrorisée. Mon Dieu, comment cela pouvait-il être possible ? Rachel s’avança à nouveau vers le rebord de la fenêtre et leva son regard vers le ciel. Du moins ce qu’il restait du ciel... Car, là-bas, au-dessus des arbres, au-dessus de l’horizon s’étirait une Lune gigantesque, d’un rouge aussi clair que le sang, immonde impératrice d’un ciel étouffé sous son éclat inhabituel... Inconsciemment, Rachel prononça une phrase qui n’avait aucun sens pour elle : " la Lune Rouge est de retour "..

Elle hurla et s’effondra sur le parquet ciré... La tête entre les mains, elle réfléchissait à toute vitesse, elle essayait de comprendre ce que tout cela signifiait. Si Mathieu avait été là, il l’aurait réconforté, il l’aurait protégé... Il fallait qu’elle appelle Mathieu. Il devait dormir mais tant pis, c’était mieux que de rester seule à se lamenter... Rachel remonta dans sa chambre, seul lieu sécurisant de la baraque, et décrocha le combiné du téléphone. Elle dut s’y reprendre à plusieurs fois pour composer le numéro qu’elle connaissait pourtant par coeur...

Mathieu décrocha après plusieurs sonneries. Sa voix était épaisse et pâteuse, à mi-chemin entre le sommeil et l’éveil.

- Allo ?

- Mathieu chéri ? C’est Rachel... J’ai... J’avais envie de te parler...

- Tu as vu l’heure ?

- Oui, je sais, mais c’était... important.

Un silence. Rachel redouta que Mathieu se soit rendormi malgré lui. Mais ce n’était pas le cas.

- Tu as une drôle de voix, dit-il simplement, comme s’il doutait que ce fut bien elle au bout du fil.

- Comment ça, j’ai une drôle de voix ? C’est toi qui dort encore...

- Normal... C’est bien Rachel au bout du fil ?

Elle fut presque choquée de sa question.

- Mais bien sûr, je viens de te le dire !

- Ouais, mais ma Rachel à moi n’a pas une voix aussi bizarre. Et elle ne m’appelle pas à deux heures du matin ! Salut !

Et il raccrocha ! Ce rustre avait raccroché au nez de celle qu’il aimait pour un motif totalement idiot ! Rachel recomposa le numéro mais Mathieu devait avoir débranché le téléphone car il y eu une sonnerie d’occupation. La jeune fille le maudit, se maudit et maudit la... Lune Rouge. Elle s’étendit sur son lit et commença à pleurer, totalement désorientée.

Tandis que ses doigts serraient les draps, elle eut l’impression que ses phalanges s’étiraient à l’impossible, comme si elle étaient élastiques. La jeune fille leva les yeux sur ses mains et s’aperçut que ses doigts étaient effectivement en train de s’allonger  ! Des poils poussaient par ailleurs sur les avants-bras, le dos des mains, les ongles s’étiraient à leur tour jusqu’à devenir des... des griffes ?

Rachel hurla. Elle ne pouvait croire qu’il s’agissait de ses mains, elle les secouait pour les faire tomber, en vain. Elle sortit précipitamment de la chambre. Ses pieds s’étiraient aussi, les muscles de son visage prenaient une configuration différente, sa langue devenait longue, trop longue, à tel point qu’elle n’arrivait plus à la rentrer entièrement dans sa bouche. Ses yeux... sa vision semblait se modifier. Tout lui paraissait plus clair, plus distinct malgré l’obscurité. Et partout sur son corps des poils... ces affreux poils noirs et drus qui poussaient en touffes épaisses à la vitesse de l’éclair... Elle essaya de les arracher mais c’était trop douloureux ! Son cri de jeune fille se mua progressivement en hurlement rauque... Rachel essaya d’articuler des mots mais seuls des sons incompréhensibles sortirent de sa gorge...

Ses jambes lui faisaient mal. Elle trébucha et tomba, et se sentit instantanément mieux. Elle avança à quatre pattes et atteignit le miroir où se reflétait la Lune.. Lune énorme, immense, qui occupait tout le ciel à présent. Lune Rouge qui semblait redevenir grise... Rachel se rendit compte que tout devenait gris autour d’elle.. Elle sentait des larmes couler sur ses joues mais elle n’arrivait plus à renifler.

Alors, incapable de comprendre ce qui lui arrivait, elle s’avança vers le miroir. Et là, lorsqu’elle vit son long museau, ses oreilles pointues, ses yeux de loups, elle comprit ce qu’était la Lune Rouge... Elle comprit qu’elle ne reverrait plus jamais Mathieu. Et elle comprit que la Lune l’appelait depuis toujours et l’enjoignait de rejoindre les siens.

Alors, courageusement, oubliant sa vie humaine, Rachel devenue louve bondit à travers la seule fenêtre sans volets de la maison et plongea dans les ténèbres en hurlant à la Lune...

 

Hoenheim, vendredi 13 octobre 2000

Texte © : Thibaut BRIX.


A vous de jouer !

Vous pouvez vous aussi présenter vos oeuvres dans nos pages. Envoyez votre texte ou des photos de vos oeuvres par courriel au webmestre. Nous la présenterons gratuitement dans notre galerie. Seules conditions : vous devez être l'auteur de l'oeuvre et celle-ci doit avoir un rapport avec le Fantastique, la Science-Fiction ou l'Horreur.

Pour nous contacter, envoyez un courriel au webmestre. Copyright ©
Lune Rouge