Lune Rouge

Le dernier souffle

Sommaire => Français => Fantastique et S.F. => Textes

 

Le dernier souffle

Thibaut BRIX

 

Il avançait en traînant les pieds vers le fond de la pièce. Au-dessus de lui, les bas-reliefs de pierre le regardaient ironiquement, leurs visages immobiles éclairés par de sombres sourires. Qu’ils étaient affreux, pensa-t-il. Il baissa la tête, il ne voulait pas les voir. Il ne voulait pas voir ces affreuses créatures qui se moquaient de lui. Il entendait résonner leurs cris et leurs rires dans l’éther qui entourait les lieux. Il sentait le mouvement de l’air qui cherchait à l’arracher d’ici, l’air qui était son ennemi. Si seulement cet air ne lui était pas vital, il l’aurait déjà quitté. Mais c’était un chantage. Il restait et l’air profitait de lui. Mais bientôt c’en serait fini, se dit-il. Il avançait toujours, fixant le dallage de basalte, ignorant les rires des démons sculptés et le ricanement froid de l’air. Ses oreilles souffraient de tous ces bruits terrifiants. Ils les connaissaient bien, mais il les détestaient.

Sa vue se troubla un instant et il dut freiner son allure. Une douleur sans nom lui taillada les poignets. Il leva dans un suprême effort ses bras et regarda les deux profondes entailles négligemment creusées dans ses poignets. Un sang abondant et chaud en dégoulinait, souillant ses mains et coulant lentement, goutte par goutte sur le basalte. Chaque goutte résonnait dans sa tête comme un appel des ténèbres. Son souffle se faisait plus lent et il avait du mal à respirer. Quel bonheur que de ne pas respirer cet air souillé et malodorant. Le liquide pourpre s’écoulait toujours, épais, silencieux, ponctué par les chutes des gouttes, comme une horloge démoniaque.

Il recommença à marcher. Que le mur lui paraissait loin devant. Il pensait ne jamais l’atteindre, mais il sentit bientôt l’agressive consistance du crépis sous ses doigts fébriles. Il se laissa tomber devant cette paroi encore immaculée et s’adossa contre lui. Il regarda face à lui le long couloir qu’il avait emprunté. Une piste de sang s’étendait sur le sol, guidant la mort comme un chien affamé. Un voile obscur passa devant ses yeux. Pendant un instant, il ne sentit plus rien, n’entendit plus rien. Quel bonheur ! La mort était bientôt sur lui, cette mort qu’il avait tant de fois attendu, mais jamais appelé. A présent, elle allait le chercher, le prendre dans ses bras décharnés et le bercer comme un enfant, avant de l’emmener là d’où l’on ne revient pas.

La lumière était trouble, la tête lui tournait. Il entrouvrit les lèvres en essayant en vain de pousser un soupir. L’air se refusait à ses poumons. Qu’il avait mal aux poignets... Les rires maudits de l’air et des statues se firent plus fort. Il les détestait, il les haïssait. Une horrible douleur s’éleva dans sa poitrine, comme si une lance cherchait à lui transpercer le coeur. C’était bien son coeur qui peinait, qui s’essoufflait et allait bientôt rendre le dernier soupir.

Il ferma les yeux et oublia tout. Le noir. Il rouvrit les yeux, difficilement. Le sang lui chauffait les mains. Il baissa les yeux et vit que plus rien ne coulait. Sa peau avant si rose était toute blanche, frigide, bleuâtre. Il releva la tête et la vit alors... Une grande silhouette squelettique, courbée, enveloppée dans une cape filandreuse, et qui flottait irréellement devant lui... Il ne voyait pas le visage encapuchonné Elle semblait surgir de nulle part, comme portée par un vent céleste. Les rires des démons se faisaient plaintifs et l’air n’était plus qu’un souffle vain sur son visage.

Il ne respirait plus. Ses poignets ne le faisait plus souffrir. Il n’avait plus mal, nulle part... Alors elle se pencha sur lui, et, de ses immenses bras osseux, le souleva et commença à le bercer, tandis qu’une douce musique s’élevait tout autour d’eux...

Alors, il s’abandonna à ces bras maternels, comprenant qu’il était mort.

 

Texte © : Thibaut BRIX.


A vous de jouer !

Vous pouvez vous aussi présenter vos oeuvres dans nos pages. Envoyez votre texte ou des photos de vos oeuvres par courriel au webmestre. Nous la présenterons gratuitement dans notre galerie. Seules conditions : vous devez être l'auteur de l'oeuvre et celle-ci doit avoir un rapport avec le Fantastique, la Science-Fiction ou l'Horreur.

Pour nous contacter, envoyez un courriel au webmestre. Copyright ©
Lune Rouge