Lune Rouge

Rouges

Sommaire => Français => Fantastique et S.F. => Textes

 

smiley Attention : ce texte peut choquer les personnes sensibles ! smiley

Rouges

Lionel Allorge

 

ROUGES !

Les gouttes de sang tombaient unes à unes, lentement, comme si chacune d’entre elles défiait la pesanteur. Et, lentement, elles allaient s’éclater sur le sol froid, rougit par les gouttes précédentes, formant, pendant un imperceptible instant, la corolle rouge d’une fleur empoisonnée...

Le corps de la jeune femme était affalé sur un bureau de style moderne qui avait été blanc. Elle aussi avait été vêtue de blanc mais, comme le bureau, les vêtements qui n’avaient pas été déchirés étaient maculés du rouge de son sang.

Elle s’était débattue avec une force que l’on n’attendait pas de la part d’un corps si délicat, avec la force que donne la peur de mourir. Mais depuis longtemps la vie s’était écoulée de ce corps maintenant inerte. Seules quelques gouttes de sang tombaient encore de la gorge tranchée, béante, qui telle une bouche démesurée, bavait une infâme mixture rouge.

L’artiste contemplait son oeuvre...

Debout auprès du corps, il observait comme hypnotisé, les gouttes rouges qui s’écrasaient au sol. Il ne se considérait pas comme un vulgaire meurtrier mais comme un artiste. D’ailleurs la mise en scène n’était pas parfaite, Il s’était attendu à beaucoup plus de sang : il en aurait voulu sur tous les murs de la pièce. Il voulait souiller ce blanc trop pur, trop virginal.

A la main, il avait un long rasoir dont la lame était maintenant rougie. Les nerfs de sa main avaient gardé cette impression de plaisir qu’il avait eut en enfonçant d’un geste vif la lame étincelante dans la chaire chaude et douce. La lame avait été comme un prolongement de lui-même, une sorte de nouveau membre.

Mais déjà le plaisir lentement s’estompait. Il n’éprouvait plus qu’une certaine mélancolie face à ce corps mutilé. Il laissa choir sa lame.

D’un coup, la porte de la pièce céda avec le bruit sec de bois mort qui se rompt. Des hommes vêtus de noir se jetèrent dans la pièce, leurs fusils à pompe braqués sur l’homme dont les vêtements tachés de sang ne laissaient guère de doute sur ses dernières occupations. Leur chef pris la parole :

-  " Ne bouge plus connard ! Tu es en état d’arrestation ! "

La surprise qui se lisait jusque-là sur son visage fit place à de la peur. Il cria :

-  " Mais je ne suis coupable de rien ! Cette fille n’est qu’un androïde ! J’ai payé pour pouvoir la tuer à ma guise ! "

Le chef des hommes en noir le regarda avec un rictus de plaisir.

-  " Tu devrais savoir que la Loi a changé, les androïdes ont les mêmes droits que les humains maintenant ! Tu es coupable de meurtre ! "

La peur fit place à la haine. Il leur cria :

-  " Je suis un artiste pas un meurtrier ! Vous ne m’aurez pas ! "

Il se saisit d’un geste brusque du rasoir qui traînait sur le sol et d’un coup vif qu’il avait autrefois réservé à la gent féminine, il lacéra le visage du chef qui poussa un hurlement en plaquant ses mains sur son oeil fendu en deux et qui commençait à se répandre.

Les hommes en noir réagirent avec une efficacité sans faille. Les fusils crachèrent leurs dards de plomb. Il sentit son corps frémir sous les impacts, sa chaire se disloquer, son sang se répandre, ne faisant plus qu’un avec le sang synthétique de sa dernière victime.

Etendu sur le sol froid et souillé, la douleur lui broyant le cerveau, il était encore vaguement conscient des paroles des hommes en noir qui le jaugeait de leurs hauteurs :

-  " On lui à bien réglé son compte à ce salaud ! "

-  " Ouais. Sa treizième victime fut sa dernière ! "

Là-bas, sur le mur blanc, des gouttes de son sang coulaient :

ROUGES !

araigne.gif


A vous de jouer !

Vous pouvez vous aussi présenter vos oeuvres dans nos pages. Envoyez votre texte ou des photos de vos oeuvres par courriel au webmestre. Nous la présenterons gratuitement dans notre galerie. Seules conditions : vous devez être l'auteur de l'oeuvre et celle-ci doit avoir un rapport avec le Fantastique, la Science-Fiction ou l'Horreur.

Pour nous contacter, envoyez un courriel au webmestre. Copyright ©
Lune Rouge