Lune Rouge

Le passage de la porte temporelle

Par : Lionel Allorge

Sommaire => Français => Cinéma => SFX - Effets spéciaux

Un formidable outil pour visiter d’autres dimensions.

 

Peut aussi servir pour les téléportations !

Notre héros avance dans un lieu dégagé d’un pas décidé. Soudain, il s’arrête, et semble enjamber un obstacle invisible. Mais devant lui l’atmosphère se trouble et le voila qui disparaît dans une sorte de tourbillon !!! Il vient de franchir une porte spatio-temporelle !

Un trucage vidéo avec Adobe Première et Corel PhotoPaint (ou programmes équivalents).

Le principe de ce trucage est de coller deux moitiés d’images l’une a coté de l’autre. Dans la première moitié le personnage avance puis semble enjamber un obstacle. Dans la seconde, il n’y a personne. On a alors l’impression que le personnage disparaît dans une faille invisible. On peut alors sur cette image composée, ajouter un effet de déformation optique pour donner l’illusion d’une déformation de l’espace-temps.

Ce trucage peut se réaliser de manière optique avec des films chimiques (Super 8, 16 mm, 32 mm) mais cela coûte très cher (utilisation d’une Truca, etc...). De nos jours, il est beaucoup plus facile de réaliser ces effets avec des logiciels après avoir numérisé son film ou sa vidéo sur un ordinateur. Nous avons utilisé un PC sous Windows 98 avec la carte d’acquisition Miro DC30+.

Pour cet effet, nous allons utiliser deux logiciels : un logiciel de montage vidéo (nous avons utilisé Adobe Première) et un logiciel permettant de modifier une à une les images d’un fichier vidéo (nous avons utilisé Corel PhotoPaint qui a l’avantage par rapport a Adobe Photoshop ou autres de pouvoir directement lire et modifier les fichiers au format AVI).

1) On procède au tournage de la séquence :

On place la caméra sur un pied très stable. En effet toute la crédibilité du trucage repose sur l’obtention d’un plan fixe sans aucun tremblement de la caméra qui trahirait la différence entre les deux moitiés du plan. Les pros peuvent envisager un mouvement de caméra en utilisant le "motion control" : le déplacement de la caméra est contrôlé par ordinateur ce qui permet de refaire deux fois de suite exactement le même mouvement. Mais un plan fixe est bien suffisant dans la plupart des cas.
On choisit un décor où il ne risque pas d’y avoir des mouvements intempestifs comme une voiture ou un piéton qui passerait dans une moitié d’image mais pas dans l’autre !
On calcule la durée du plan que l’on souhaite. Il faudra en effet tourner le double de la durée souhaitée. Pour cela on fait répéter à l’acteur son action. Par exemple :
l’acteur rentre dans le champ à gauche, marche jusqu’au milieu du cadre, s’arrête puis enjambe un caillou repéré à l’avance, puis il continu à marcher jusqu’a sortir du cadre. Supposons que cela dure une minute. On doit alors prévoir de filmer une minute supplémentaire une fois l’acteur sortit du champ. Cette seconde partie servira à venir se placer sur la partie droite de notre montage.
L’acteur en place au milieu du champ, on laisse la caméra se régler sur la scène (luminosité, autofocus) si elle dispose de ces automatismes. On débraille alors tous les automatismes de la caméra. Sinon, entre la première et la seconde partie, la caméra pourrait modifier la luminosité ou la netteté et cela ruinerai notre effet.
On lance le tournage en déclenchant si possible la caméra à distance via une télécommande pour ne pas provoquer de vibrations. L’acteur traverse le champ puis s’éloigne, on laisse tourner pendant une minute encore. Si l’on tourne en vidéo, on aura tout intérêt à vérifier immédiatement le plan tourné pour voir s’il n’y a pas de problème entre la première et la seconde partie du plan.

2) La juxtaposition des deux plans avec Adobe Première :

On numérise la séquence entière sur l’ordinateur dans un fichier AVI, puis on ouvre Adobe Première et l’on crée un nouveau projet. On importe alors notre fichier AVI et on le place sur la piste 1A. On cherche vers la moitié du film le moment ou l’acteur sort définitivement du plan. On coupe le plan à cet endroit avec l’outils rasoir. Puis on prend la seconde moitié que l’on place sous la première sur la piste 1B. Puis on sélectionne la transition Balayage que l’on place entre les deux plans sur toute leur durée :

On clique sur l’effet pour en régler les paramètres :

On bloque le début et la fin de l’effet sur la même valeur. Cette valeur dépend de l’emplacement de l’acteur au moment ou l’on souhaite qu’il disparaisse. Pour les premiers essais, on peut s’aider avec un contour noir pour bien repérer l’emplacement de l’effet. Lorsque tout est réglé, on supprime le contour et l’on exporte l’ensemble de la séquence dans un nouveau fichier AVI.

Résultat de la juxtaposition sous Adobe Première :

Si les deux plans sont homogènes au niveau de la luminosité et que le cadrage n’a pas changé, on ne détecte pas le raccord entre les deux plans :

On notera que l’effet est déjà assez intéressant tel quel. Mais nous allons essayer de l’améliorer encore !

3) La déformation de l’espace-temps avec Corel PhotoPaint :

On lance Corel PhotoPaint et l’on ouvre le fichier AVI contenant l’effet précédent. Sous Corel PhotoPaint, il est possible de n’ouvrir qu’une partie d’un fichier AVI pour ne modifier que certaines images. On ne sélectionnera que la partie où l’on souhaite voir apparaître la porte spatio-temporelle (ici de l’image 144 à 222) :

On crée une sélection ovale autour de la jonction entre les deux plans :

Et l’on choisit dans le menu des effets 3D, l’effet Zig-Zag qui imite des ondulations à la surface de l’eau :

L’effet ne s’applique que dans la partie de l’image sélectionnée. Dans notre exemple nous avons choisit le Type : Vers l’extérieur et le nombre de vagues : 6. Nous laisserons ces paramètres inchangés durant tout l’effet. Par contre, nous allons changer la Force à chaque image. En effet, un effet statique serait peut intéressant. Nous voulons que la porte puisse sembler s’ouvrir à l’arrivée du personnage puis se refermer sur son passage. Pour cela, nous décidons donc que l’effet sera au maximum à l’image 190 soit Force=100. Au début et à la fin, il sera au minimum soit Force=2. Donc de l’image 144 à 190 nous allons augmenter l’effet de 2 en 2 pour passer de Force=2 à Force=100 en 47 images. Puis de l’image 190 à 222 nous allons diminuer l’effet de 3 en 3 pour passer de Force=100 à Force=2 en 32 images. Comme la sélection reste à la même place d’une image sur l’autre, il suffit d’appliquer l’effet sur chaque image en modifiant la force à chaque fois. On pourrait aussi réaliser cela par un programme grâce au langage de programmation de Corel Photo Paint, surtout si l’on devait refaire cet effet sur plusieurs séquences.

Résultat final de la déformation de l’espace-temps sous Corel Photo Paint :

On notera sur ces photos extraites de la vidéo un effet d’escalier notamment autour des jambes du personnage. Ceci est dû au fait qu’une caméra vidéo enregistre demi-image en demi-image. Elle enregistre d’abord les lignes impaires, puis 1/50ème de seconde plus tard, elle enregistre les lignes paires (soit 25 images toutes les secondes en mode PAL). Mais l’oeil humain ne perçoit pas ces changements et l’effet est parfait s’il est vu en vidéo à vitesse normale.

4) Autres possibilités :

On peut bien sûr varier cet effet à l’infini.
D’abord en tournant la séquence inverse de la première où le personnage sort de la porte. La réalisation du trucage est identique.
Au lieu de marcher à travers la porte, le personnage pourrait sauter à travers comme les héros de la série TV Sliders. Attention alors a prévoir un matelas pour la réception de l’acteur !
On peut bien sur choisir d’autres types de déformations de l’image pour simuler la porte. On pourrait construire un anneau en métal planté dans le sol qui matérialiserait la porte comme dans le film "Stargate". On pourrait rajouter des effets d’éclairs pour simuler les forces qui font fonctionner la porte, etc...
Mais on pourrait aussi avoir un personnage immobile qui disparaît de l’image comme dans une téléportation à la Star Trek !

Il ne vous reste plus qu’à développer d’autres applications de ce procédé, selon vos propres besoins.


A vous de jouer !

Vous pouvez vous aussi présenter vos oeuvres dans nos pages. Envoyez-nous votre texte ou bien de une à trois photos par oeuvre (par e-mail ou par la poste). Nous la présenterons gratuitement aussi longtemps que possible. Seules conditions : vous devez être l'auteur de l'oeuvre et celle-ci doit avoir un rapport avec le Fantastique, la Science Fiction ou l'Horreur. Voir notre adresse dans la page Contacts

Pour nous contacter, envoyez un courriel au webmestre. Copyright ©
Lune Rouge