Lune Rouge

Les armes à feu factices

Par : Lionel Allorge

Sommaire => Français => Cinéma => SFX - Effets spéciaux

smiley ATTENTION : technique dangereuse !

arme02.jpg Comment faire passer des jouets

pour des armes mortelles !


<Mode Parent>
Rappel : l’usage des armes même factices est dangereux !
Les armes factices ne sont pas des jouets !
En effet, ces armes tirent des projectiles (souvent des billes) et peuvent causer des blessures notamment crever un oeil !

Même les professionnels ne sont pas à l’abri d’accident mortels... On rappellera l’accident qui tua Brandon Lee (le fils de Bruce Lee) sur le tournage du film The Crow. Dans une scène, Brandon Lee devait se faire tirer dessus par un pistolet. Or comme souvent sur le tournage des films à petit budget aux USA, on utilisait de vraies armes à feu avec des munitions factices. Il semble que des essais de l’arme furent fait avec des balles réelles ( !) et qu’une balle soit rester dans la chambre de l’arme. Lors du tournage, la munition factice aurait alors propulsée la vraie balle vers l’acteur qui mourut à l’hôpital.

On peut aussi citer l’acteur américain Jon-Erik Hexum qui se tua sur un tournage en jouant à la roulette russe avec une arme factice. Même sans balle, la force du souffle sur la bourre suffit à le tuer !
</Mode Parent>


Quelques notions sur les armes à feu, les vraies :

Les armes à feu individuelles se décomposent en deux catégories principales : Les armes longues (fusil, carabine, fusil d’assaut, mitraillette, mitrailleuse, mousquet, etc...) et les armes de poing (revolver et pistolet).

Le calibre de l’arme correspond au diamètre de l’intérieur du canon et donc de sa munition. Ce calibre est mesuré soit en mm pour les munitions européennes, comme le 9 mm, ou bien en centième de pouce pour les munitions américaines comme le .357 qui mesure donc 357 centièmes de pouce (ou 0,357 pouce) de diamètre.

Les revolvers ont les munitions contenues dans un cylindre nommé barillet. Elles sont au nombre de 5 ou 6 généralement. C’est l’arme des Cowboys et de l’Inspecteur Harry.

Les pistolets ont leurs munitions contenues dans un chargeur. Les munitions sont plus nombreuses et peuvent aller jusqu’à 15 dans les armes récentes, voir plus en cas d’utilisation de chargeurs dépassant la taille de l’arme. Ces quantités ne sont que rarement respectées dans les films.

Contrairement à un idée répandue, on ne tire pas en appuyant sur la "gâchette" (qui est une pièce du mécanisme située à l’intérieur de l’arme) mais sur la "queue de détente". smiley

La plupart de ces armes sont interdites aux particuliers en France, sauf si vous êtes membres d’un club de tir. Vous pouvez souvent pratiquer dans ces clubs en ne payant qu’une entrée à la journée. Cela peut vous être utile pour vous initier au maniement des armes à feu. Voir le site de la Fédération Française de Tir pour les adresses de clubs.

En France, les armes sont classées par catégories. Les armes de guerre sont classées en catégorie 1, par exemple un pistolet Colt 45. Les armes de tirs sont en catégorie 4, par exemple un révolver en .357 Magnum. Les armes à blanc ou à billes sont en catégorie 7.

Les sites :

La législation des arme à feu en vigueur en France

La Federation Francaise de Tir (FFTir) : Le tir sportif en France.

Calibres et munitions d’armes à feu : Présentation et historique des munitions.

Exemple de tir :

Voici un exemple de séquence de tir avec un pistolet de calibre 9 mm tirant une munition à blanc filmée en vidéo à 25 images par secondes :

tir01.jpg

tir02.jpg

tir03.jpg

tir04.jpg

tir04.jpg

tir05.jpg

tir06.jpg

tir07.jpg

tir08.jpg

tir09.jpg

tir10.jpg

tir11.jpg

tir12.jpg

tir13.jpg

tir14.jpg

On constate 3 choses :
1) Pas de flash à la sortie du canon. Les poudres modernes ne font pas forcément de flash et le flash peut être trop rapide pour avoir été enregistré.
2) On voit bien le pivot du poignet et du bras dû au recul de l’arme.
3) On suit l’éjection de la douille dont le mouvement est tellement rapide qu’elle à une forme d’haricot sur l’image.


Les armes factices :

arme01.jpg

Les armes réelles sont donc remplacées lors des tournages par des armes factices. Les armes factices sont en vente dans des boutiques spécialisées vendent des armes de Softball (et aussi parfois du matériel de Paintball). Leur prix est en général abordable pour des amateurs.
Elles tirent souvent des petites billes de plastiques. Par sécurité, on détruira ces billes pour qu’elles ne soient pas disponibles sur le tournage pour éviter toute mauvaise manipulation.

Voici quelques adresses pour vous en procurer :
Original gun
Cyber gun

L’arme ne tire donc rien et ne fait pas de bruit !

Ce qui est une bonne chose pour la sécurité mais pas pour le réalisme !

arme02.jpg Les acteurs doivent donc simuler le tir, et surtout avec les armes de poing, le recul. On peut raisonnablement ignorer le problème de l’éjection des cartouches qui devraient normalement avoir lieu avec les pistolets (mais pas avec les revolvers).

Il faut alors ajouter numériquement l’éclair qui sort du canon de l’arme au moment du tir et le bruit de l’arme. (Voir plus bas pour la création de la flamme).

On charge donc la séquence vidéo dans un ordinateur puis on utilise un logiciel de manipulation d’images comme The GIMP, Corel PhotoPaint, Adobe Photoshop etc...
On peut aussi le faire directement dans certains logiciels de montage vidéo comme Adobe Premiere.

On se place sur l’image juste avant que l’arme n’ait été bougée vers le haut par l’acteur pour simuler l’onde de choc.

En effet, un flash d’arme à feu doit être très bref et une seule image suffit.
On ajoute alors la fausse flamme juste devant l’arme.

Voici la marche à suivre sous Adobe Premiere :
On place l’image de la flamme sur la ligne Video2 ou plus pour pouvoir gérer la transparence.
On utilise ensuite le clic droit sur l’image dans la ligne de temps (time line) pour obtenir le menu contextuel.
On commence par réduire, dans le menu Durée, la durée de ton image sur la time line à 00:00:01 soit une image.
Ensuite on choisit Transparence puis Luminance. Puis on clic avec la pipette dans la couleur qui forme le fond de l’image pour la faire disparaitre. Il faut jouer avec les 2 réglages.
Puis on passe au menu Trajectoire. On positionne la flamme au bon endroit. Inutile de lui donner un mouvement donc on met les paramètres de début et de fin à la même valeur.
Il ne reste qu’à faire un rendu.
arme03.jpg
arme04.jpg Dans le logiciel de montage, on ajoutera ensuite le son de la déflagration au bon moment sur la ligne de temps.
Voici un essai au format AVI (codec DivX) : arme1.avi (546 ko)

Vous pouvez utiliser le coup de feu de La Base des Sons Libres
Vous y trouverez aussi nos adresses de sites pour télécharger des bruitages.
On peut aussi trouver des bruitages d’armes à feu dans les CD de bruitages en vente dans les magasins spécialisés type FNAC.


Création d’une fausse flamme avec The GIMP :

The GIMP (GNU Image Manipulation Program) est un logiciel de manipulation d’images bitmap.
Il est équivalent en fonctions et en puissance à des logiciels comme Adobe Photoshop ou Corel PhotoPaint.
La principale différence : c’est un logiciel libre.
C’est à dire que l’on peut librement le copier, le donner à d’autres et même le modifier puisque le code source est fournit.
Il a été crée et est développé sous Linux. Il en existe une version pour Windows.
Vous pouvez le télécharger gratuitement ici :
The Gimp et Gimp pour Win32
Ce tutorial à été réalisé avec la version 1.2.

Au lancement de The GIMP, on obtient la fenêtre principale :

muzzle00.png
muzzle01.png On choisit le menu Fichier/Nouveau.
Dans la boite de dialogue, on choisit la taille, ici 500 par 256 et le remplissage par l’avant-plan, c’est par défaut la couleur noire.
(Ok, Ok, moi aussi je sais que le noir n’est pas une couleur !). On obtient donc une nouvelle image rectangulaire entièrement noire. On peut aussi faire un fond transparent.
On choisit dans la fenêtre principale, l’outil Courbes de Bézier. muzzle02.png
muzzle03.png Ensuite, on clic avec le bouton gauche de la souris pour placer le premier point vers la gauche de l’image.
Ensuite on place un second point vers la droite.
Grâce à la position de la souris qui s’affiche en bas à gauche de la fenêtre on peut être sûr de faire une ligne parfaitement horizontale.
Ici, par exemple, les deux points ont pour seconde coordonnée 120.
On sélectionne le point de gauche avec la souris et on le tire vers le haut. Cela provoque l’apparition de deux poignées qui servent à contrôler la courbe de Bézier.
On les déplace pour obtenir un ovale.
On ne touche pas au point de droite.
muzzle04.png
muzzle05.png On clic à l’intérieur de la courbe.
La courbe de Bézier se change en une ligne pointillée que l’on appelle une sélection.
Cette sélection définie une surface dans laquelle le programme va appliquer les différents effets sans toucher à la partie qui est à l’extérieur de la sélection.
On change la couleur de premier plan en faisant un double clic
dans le carré noir en bas à gauche de la fenêtre principale :
muzzle06.png
muzzle07.png On choisit une couleur pour le bord de la flamme. Ici du jaune. On prendra plutôt une couleur vive car la couleur sera atténuée plus tard. Pour avoir un jaune très vif, on déplace les deux curseurs R (pour rouge) et V (pour Vert) au maximum (soit la valeur 255).
Dans la fenêtre principale, on choisit par double clic l’outil Remplissage : muzzle08.png
muzzle09.png Une boite de dialogue permet de choisir le mode de remplissage. On choisit le remplissage par couleur avant.
On déplace l’outil sur l’image jusqu’a l’amener au-dessus de la sélection et l’on clic.
La sélection se remplie de jaune.
muzzle10.png
muzzle11.png On réduit ensuite la taille de la sélection grâce au menu Sélection/Rapetisser. On entre la valeur 5.
Dans la boite de dialogue de l’outil, on change pour le remplissage par la couleur arrière
(qui doit normalement être le blanc).
muzzle12.png
muzzle13.png On remplit la nouvelle sélection avec le blanc.
On supprime la sélection avec le menu Sélection/Aucune.

Puis on ajoute du flou sur toute l’image avec le menu Filtres/Flou/Flou gaussien (RLE) (vous pouvez bien sûr faire des essais avec les autres sortes de flou) :

muzzle14.png
muzzle15.png Essayez différentes valeurs. Vous pouvez toujours revenir en arrière grâce à l’annulation dans la menu Edition/Défaire (ou bien les touches Ctrl+Z).

Il ne vous reste plus qu’à enregistrer votre image avec le menu Fichier/Enregistrer en choisissant un type de fichier qui garde toute sa qualité à votre image.
Par exemple le type TGA (Targa) mais aussi le TIFF ou sous Windows le BMP.
Evitez le type JPEG dont la compression va nuire à la qualité de l’image.

Télécharger le fichier final TGA : muzzle.tga (53 ko)


Création d’une fausse flamme de face avec The GIMP :

Lancez GIMP (ici la version 2.6.3) et créez une nouvelle image avec le menu Fichier->Nouveau :

flamme01.png

Sélectionnez l’outil de sélection elliptique. Cochez les cases "Adoucir les bords" et "Fixé" avec le Ratio d’aspect à 1:1 pour obtenir un cercle :

flamme02.png

Tracez un cercle au centre de l’image :

flamme03.png

Sélectionnez l’outil de remplissage. Choisissez comme couleur d’avant plan votre couleur de bord de flamme (ici du bleu) et comme couleur d’arrière plan du banc :

flamme04.png

Cliquez dans le cercle sélectionné pour le remplir de la couleur choisie :

flamme05.png

Avec le menu Sélection->Réduire, entrez la valeur 20 et validez pour réduire la sélection de 20 pixels :

flamme06.png

Dans la boite à outils, cliquez sur "Remplissage avec la couleur d’AP" :

flamme07.png

Puis cliquez dans le cercle sélectionné pour le remplir de blanc :

flamme08.png

Sélectionnez l’outil de barbouillage. Prenez une brosse de forme aléatoire (ici "Galaxy, Big") et réglez la taille avec le curseur :

flamme09.png

Utilisez l’outil pour étaler le blanc sur le bleu de manière à simuler une flamme :

flamme10.png

Enregistrez l’image pour obtenir ceci :

flamme11.png

Pour en vérifier le rendu, chargez une image extraite de votre film et copiez dessus la flamme. Réduisez la taille si nécessaire et placez-là devant la bouche de l’arme :

flamme12.png

Le résultat final :

flamme13.png

Il ne vous reste plus qu’à développer d’autres applications de ce procédé, selon vos propres besoins.

Lionel Allorge


Voici une autre solution sans trucage informatique (en direct) que nous a envoyé Philippe.

Les armes factices par Philippe :

Si l’on se concentre sur le point de vue réaliste d’un coup de feu tiré de jour, on remarque que dans la plupart des séries policières ou films à petits budgets, il ne s’agit pas d’une flamme de 2 mètres de long. C’est un simple nuage de fumée due à la combustion de la poudre. Pour imiter cet effet, j’ai imaginé un procédé bien simple au moyen d’un simple et bête pistolet à billes sans aucun recours à l’informatique.

Procurez-vous une petite quantité de cendres ainsi qu’une paille (à verre) d’un diamètre inférieur à celui du tube métallique dans le canon. Puis, coupez une de ses extrémités en diagonale. La paille fera ainsi office de pelle. Récoltez un peu de cendres avec la paille et déposez délicatement les cendres dans le canon du pistolet à billes. Avant de charger l’arme factice, PRENEZ SOIN DE VERIFIER QU’AUCUNE BILLE PUISSE ETRE TIREE (enlevez le chargeur par exemple). Une fois cette précaution prise, chargez l’arme. Enclenchez votre caméra et tirez. L’air comprimé libéré dans le canon va propulser les cendres pour former un nuage de cendres. Cela donnera un effet de poudre à cartouche brûlée. Au montage, vous n’aurez qu’à rajouter un son de déflagration.

Pour réaliser cet effet il faut tenir compte de plusieurs points :

-  le pistolet à billes risque d’être encrassé par la cendre. Soyez prêt à le sacrifier pour les besoins de votre film.

-  l’arme doit être vidée de toute bille.

-  du talc produira un nuage plutôt blanc et la cendre produira un nuage plutôt gris.


Muzzle flash :

Voici 3 fichiers vidéo contenant des exemples de flash d’armes à feu (muzzle flash en anglais) à utiliser pour vos vidéos que nous a envoyé Nicolas Rouillard alias belepbep_bwaye. Elles sont à utiliser avec After Effect ou autre. Sous After, il faut les passer en mode "ecran" :

smiley muzzle flash 1.mov

smiley muzzle flash 2.mov

smiley muzzle flash 3.mov


 smiley Toujours dans le mode avertissement, voici la mésaventure qui est arrivé à un cinéaste ayant voulu utiliser une arme factice dans un lieu publique :

Je me permets de vous écrire ce message afin de vous faire profiter d’une mauvaise expérience qui m’ait arrivée tout juste hier. Je dis mauvaise expérience, mais rien n’est vraiment mauvais si l’on en tire une bonne leçon..

Alors voila. Afin de tourner quelques courts, style Tarantino, avec mes potes, je me suis acheté dans une armurerie de Paris, et le plus légalement du monde, un pistolet a blanc 9mm, destiné à ne tirer que des cartouches à blanc (ca fait boom, avec une grosse flamme et c’est tout et il est impossible de tirer de vraies balles avec, le canon étant partiellement bouché).

Donc nous voila en train de tourner dans le sous-sol de mon immeuble une scène ou un flic se fait tirer dessus par le méchant. On tourne la scène, tout se passe bien, on se marre bien, on balance le faux sang, les images sont top, car le décor en jette, style vieux murs en briques, coursives étroites, coins sombres...

Et vla-ti pas que tout d’un coup, alors que j’étais en train de diriger mon comédien, lui expliquant comment faire le type qui meurt, 4 cowboys de la Brigade Anti Criminalité, débarquent tout d’un coup, matraque à la main, doigt sur la gâchette et nous demandent de se mettre contre le mur, jambes écartées. Ils commencent à nous fouiller, saisissent mon pauvre pistolet et nous demandent ce qu’on est en train de faire. Evidement, le fait de voir une camera sur trépied, la perche micro, etc, pour eux ça veut rien dire. Tout ce qu’ils voient c’est un flingue qui a l’air plus vrai que nature. Alors j’ai beau leur expliquer qu’on tourne un film, qu’on fait rien de mal, que le flingue est à blanc, etc. Rien a faire. Et je me retrouve accuser de port d’arme illégale.

Pire ! Ils demandent à mon pote à qui on a mit le faux sang si il veut porter plainte !
Ridicule !

Bon finalement, je me fais embarquer, me foutent en cellule menotté à côté d’un taré qui à tabasser sa femme et un autre type l’air défoncé. Je reste 2 heures la à attendre.
On vient me chercher et on m’amène devant un type pour taper son rapport. Enfin un mec sympa. Il m’explique que, selon la législation, le port de ce type d’arme (7eme catégorie, c-a-d les armes a gaz, a billes et a blanc) est interdite sauf raison valable. Il m’explique qu’il doit taper un rapport pour le parquet, mais que selon lui, "dans le cadre d’un court-métrage" est une raison valable. En tous cas, il est désolé pour moi. Il me dit qu’on aurait du avertir le gardien de l’immeuble ou obtenir une autorisation du syndic. Ca le fait bien marrer. Il me laisse partir en me disant que je pourrai récupérer l’arme en m’adressant au parquet et en leur présentant une déclaration comme quoi on tournait un court-métrage et que blablabla.
Seulement, ce qui peut passer pour une production cinématographique honorable, peut aussi se retrouver comme simplement une bande de petits branleurs qui s’amusent à filmer leur copains en train de se tirer dessus avec une arme à feu. Dans ce cas, le côté "artistique" sera mit aux chiottes et je me retrouverai avec une belle amande.

Etant donné que j’ai fait des études d’audiovisuel et que je n’en suis pas à mon premier film et que je tournais avec du matériel semi pro et que mes potes et moi même, nous sommes tous majeurs et n’avons pas vraiment le profil du délinquant type, je suppose et j’espère qu’ils opteront, au parquet, pour la première solution.

Donc voila pour l’histoire !
Que cela nous serve de leçon à tous.

Si vous vous lancer dans ce type de tournage, prévenez toujours l’entourage, même si vous êtes au fin fond d’une cave et pensez que ça ne gênera personne. Au pire, avertissez la police du quartier que vous tournez un film avec ce type d’arme, vous en avez le droit, pour peu que votre tournage soit sérieux et pas une simple déconne entre potes. Mieux encore, si votre tournage est produit par une boite de prod. reconnue.

Même s’ils décident que je pourrai récupérer mon arme, la procédure prendra certainement des mois. Dans tous les cas et heureusement, mon casier judiciaire restera vierge.

Sur ce, je vous souhaite de bons tournages, dans les règles de l’art !!!

Alex Wachter


Les pros :

Les professionnels du cinéma utilisent des armes spécialement faites pour tirer des munitions à blanc et qui ressemblent à des vraies. Leurs prix est en général élevé.

Les impacts sont aussi des petits explosifs spécialement préparés (appelé par les pro. squib soit pétard en anglais).

Vous pouvez en louer chez Maratier :
19 rue Claude Bernard 93120 La Courneuve
Téléphone : 01 48 34 36 21
Courriel : c.maratier@maratier.com
Site : http://www.maratier.com/
Attention : cette société ne loue qu’aux professionnels...


A vous de jouer !

Vous pouvez vous aussi présenter vos oeuvres dans nos pages. Envoyez-nous votre texte ou bien de une à trois photos par oeuvre (par e-mail ou par la poste). Nous la présenterons gratuitement aussi longtemps que possible. Seules conditions : vous devez être l'auteur de l'oeuvre et celle-ci doit avoir un rapport avec le Fantastique, la Science Fiction ou l'Horreur. Voir notre adresse dans la page Contacts

Pour nous contacter, envoyez un courriel au webmestre. Copyright ©
Lune Rouge