Lune Rouge

Les fausses dents et dentiers

Par : Lionel Allorge

Sommaire => Français => Cinéma => SFX - Effets spéciaux

smiley ATTENTION : technique dangereuse !

dents01.jpg Des dents de vampires ou de gueux !


smiley Les dangers :

Ce sont ceux qui viennent de l’utilisation des résines surtout avant la réaction chimique qui permet de les solidifier.
Ce sont souvent des produits chimiques dangereux dont il faut éviter le contact avec la peau, les yeux, etc....
Il ne faut pas les avaler, bien sur, et ne pas en respirer les vapeurs.
Les catalyseurs, qui sont les produits qui démarent la réaction chimique, sont souvent encore plus dangereux !
Il faut bien lire les notices d’utilisation des fabriquants, porter des gants, travailler dans un local bien aéré, etc...


Il est souvent nécessaire de modifier la dentition d’un acteur :

D’abord lorsqu’il s’agit d’une modification classique : l’acteur doit avoir une ou plusieurs dents manquantes, par exemple à la suite d’une bagarre ou bien parce qu’il joue le rôle d’un misérable du moyen age, etc...

Ou bien, il s’agit de le doter d’une dentition non humaine. Le cas le plus courant étant celui du vampire mais aussi pour des loups-garous ou bien des extra-terrestres...

Comme il paraît difficile de convaincre un acteur de se faire arracher des dents pour les remplacer par d’autres smiley, on va placer de fausses dents devant ou au-dessus des dents de l’acteur.

Pour cela, on utilise des résines plastiques spéciales : les mêmes que celles utilisées par les prothésistes dentaires pour réaliser les dentiers. Ces produits sont en général assez cher mais ils sont aussi très ressemblants ce qui fondamental si l’effet doit être filmé en gros plan. Ils sont aussi garantis pour un usage sans risque pour la santé, ce qui n’est pas forcément le cas pour les autres produits.

Comme ces dentiers sont réalisés sur un moulage des dents de l’acteur et qu’ils sont rigides, un dentier ne conviendra que pour un acteur précis. Il faudra autant de dentiers que d’acteurs à équiper.

Voici comment réaliser un dentier complet pour votre acteur :

dents07.jpg

1) Première étape : le moulage des dents

La technique est la même que celle des dentistes. On achètera chez un fournisseur de matériel dentaire (voir Carnet d’adresses pour les SFX) :
a) Deux supports pour alginate : celui du haut est fermé au centre pour venir se plaquer sur le palais, celui du bas est évidé pour laisser passer la langue. 
b) De l’alginate de qualité dentaire.
c) Du plâtre dentaire.
d) Un support pour moulage en cuivre (Articulateur).
e) Eventuellement des fausses dents toutes faites. Elles ont l’avantage d’être hyperréalistes.

dents03.jpg dents04.jpg

dents08.jpg L’alginate est une poudre extraite d’algues qui se transforme au contacte de l’eau en une sorte de gélatine qui se fige et qui permet de faire des moulages très précis sans être dangereux pour la santé à condition de ne pas l’avaler !

On prépare l’acteur en lui expliquant la manipulation à effectuer pour qu’il ne s’inquiète pas trop. En effet cette prise d’empreinte peut-être ressentie par certaines personnes comme désagréable. On fait assoire l’acteur sur une chaise (si possible inclinable pour qu’il soit légèrement en arrière ce qui permet de mieux voir ce que l’on fait !). On peut placer sur lui un sac plastique type sac poubelle troué au fond qui servira de poncho et protègera ces vêtements des taches d’alginate.

On mélange alors l’alginate avec de l’eau froide. On peut le faire directement avec les mains. Plus l’eau est froide, plus l’alginate mettra de temps à durcir. On aura ainsi quelques secondes supplémentaires pour agir. En effet, l’alginate se gélifie très vite. On dispose souvent de trente secondes pour appliquer l’alginate. dents09.jpg
dents10.jpg Dès que le mélange est homogène, on prend la pâte et on l’applique sur le support. On le répartit de manière a ce qu’il soit bien plein à ras bord.

Puis on demande à l’acteur d’ouvrir la bouche et on place le support juste sous les dents puis on lui demande de fermer doucement la mâchoire. dents11.jpg
dents12.jpg Il faut alors attendre 10 ou 20 secondes que l’alginate devienne solide. Elle reste toutefois souple. C’est d’ailleurs un des ces grands intérêts.
On demande à l’acteur d’ouvrir doucement la bouche. On peut alors retirer délicatement le support et le négatif des dents marquées dans l’alginate. dents13.jpg
dents14.jpg Le principal défaut de l’alginate est de sécher très rapidement ce qui déforme le moulage. Il faut donc rapidement, dans les minutes qui suivent la prise d’empreinte, couler dans le négatif en alginate un produit qui va nous servir de support pour réaliser nos fausses dents. On emploie en général du plâtre dentaire qui est plus solide et plus dense que le plâtre de Paris. On aura donc prévu un bol d’eau dans lequel on verse le plâtre dentaire. On mélange et dès que c’est homogène, on peut verser le plâtre dans l’alginate pour bien remplir le fond des dents.
On attend que le plâtre s’épaississe un peu puis on forme une couche supérieure de plâtre qui doit dépasser de l’alginate qui nous servira plus tard de support.

On laisse le tout sécher.

dents15.jpg
dents16.jpg On peut alors démouler et recommencer la même manipulation pour l’autre partie de la mâchoire.

Le moulage en alginate va alors sécher très rapidement et devenir inutilisable. On peut le jeter car il n’est pas possible de le conserver.

On peut ensuite recommencer la même manipulation pour l’autre partie de la mâchoire si besoin.

On va ensuite réaliser la base des dents pour pouvoir les fixer sur l’articulateur.

Pour cela on crée avec de la pâte à modeler (Plastiline) ou de la terre glaise un petit coffrage autour du moulage en plâtre. On y coule le même plâtre dentaire sur quelques centimètres pour obtenir une base solide.

dents17.jpg
dents05.jpg Une fois les deux parties en plâtre sèches, on les démoule, et on sculpte avec un couteau la base de chaque rangée de dents pour la rendre bien plate. On perce alors à l’arrière de chaque moulage deux trous, puis on place les deux moulages sur la griffe du support de manière à ce que les deux dentitions soient bien au-dessus l’une de l’autre.
On a ainsi réalisé une copie de la mâchoire de l’acteur que l’on peut articuler et sur laquelle nous allons pouvoir sculpter les fausses gencives et dents dont nous avons besoin.
On pourra bien sûr simplifier cette technique en n’utilisant par exemple que le moulage des dents du bas ou du haut. Pour les vampires, par exemple, il est fréquent d’en voir dans les films n’ayant de longues canines qu’en haut seulement.
 

 

2) Seconde partie : la création de la prothèse

Chez le fournisseur de matériel dentaire, on trouvera des résines pour imiter les gencives. On pourra aussi y acheter de fausses dents en résine très ressemblantes. Ces fournisseurs disposent en général de toutes sortes de dents avec différentes couleurs du blanc presque pur au jaune presque marron ! On choisira un jeu de dents de devant soit 8 incisives et 4 canines et éventuellement 4 prémolaires. Pour faire un vampire, on ne prendra pas les canines car il faudra les faire par nous même. De même, pour un édenté, on n’achètera qu’une ou deux dents !

a) Préparation des fausses dents.

Les dents vendues par les fournisseurs, sont destinées à prendre la place de dents manquantes. Elles ont donc l’épaisseur d’une dent normale. Or, dans notre application, nous voulons que les dents factices viennent devant les vraies dents pour les cacher. Il faut donc en réduire l’épaisseur. Pour cela, on utilisera une râpe à bois ou si possible une petite perceuse pour modèle réduit sur laquelle on adaptera une petite meule.

Ou pourra aussi meuler le devant d’une dent et en peindre le fond en noir pour simuler une carie.

dents06.jpg

 

b) Placez les dents sur la fausse gencive.

On prend le moulage des dents de son acteur que l’on couvre d’une très fine pellicule de graisse silicone pour que la résine ne colle pas sur le plâtre. On mélange alors la résine qui imite la gencive avec son catalyseur.

Attention : ces produits sont souvent dangereux pour la santé. Il faut les manipuler avec des gants et éviter de respirer les vapeurs !
Pendant que la résine est encore liquide, on la badigeonne sur le moulage en plâtre jusqu’à obtenir une couche épaisse et uniforme. Puis on prend les fausses dents que l’on vient presser sur la résine. On prendra soin de bien les aligner si l’on veut un effet réaliste.

On laisse sécher le tout. Au bout de quelques heures, on peut alors enlever la prothèse du moulage en plâtre. Il faut alors nettoyer celle-ci de la graisse silicone qui se trouve à l’intérieur avec de l’eau et du savon. Il ne reste plus qu’à la faire essayer par l’acteur.

dents02.jpg
Pour les dents de monstre, on n’est pas obligé de respecter la procédure ci-dessus puisqu’il ne s’agit pas de faire des dents qui semble appartenir à un humain.

On peut donc laisser parler sa créativité en créant des formes en plastiline (pâte à modeler) puis en créant des moules de ces dents en latex ou en Rodorsil. On coule alors dedans des résines que l’on aura préalablement colorées. On peut ainsi se créer des collections de dents pour les différents besoins.

On trouvera toutes ces fournitures chez les vendeurs de produits pour les beaux-arts (comme Adam ou Rougier & Plé sur Paris) (voir Carnet d’adresses pour les SFX) ainsi que des livres détaillants la procédure à suivre (voir Bibliographie SFX).

3) Troisième partie : la création de dents de monstres
Par Arnaud

bie02.gif

Pour les dents de monstres, il est nécessaire de respecter la procédure ci-dessus, l’appareil sera ainsi plus confortable et parfaitement adapté à l’acteur.

Par principe un « monstre » ou « alien » tient son nom des différences avec l’homme, il va donc falloir marquer un maximum ces différences pour accentuer le contraste. Le nombre, la nature et la disposition des dents varient selon les espèces, et plus ou moins selon les individus. La denture est en général caractéristique du régime alimentaire d’une espèce.

bie01.jpg

Petit rappel : On utilise couramment le mot « dentition » à la place de « denture ».

La dentition est la période pendant laquelle les dents se forment et apparaissent dans la bouche : il y a donc une notion de dynamique. La denture c’est l’ensemble des dents présentes dans la bouche.

Le travail sur une denture de monstre va comporter quatre axes principaux : les formes, les positions, les couleurs et l’originalité.

bie03.jpg

-  Les formes : Les dents devront être très longues et pointues (à l’inverse des dents humaines), elles sont caractéristiques des carnivores.

-  Les positions : elles représentent également une part importante du rendu final d’une prothèse de monstre. La denture humaine est très ordonnée et respecte un schéma bien particulier : 2 arcades (supérieure et inférieure), et en partant du milieu de l’arcade : incisives, canines, prémolaires et molaires. Pour un monstre, il faudra casser ce schéma et ne pas hésiter à exagérer certaines malpositions.

-  Les couleurs : les dents parfaitement blanches sont à exclure : alien ne se brosse pas les dents deux fois par jour devant son joli miroir !!... Les couleurs comme le jaune ou le noir rappelant respectivement le tartre ou les caries seront les bienvenues ! Les gencives roses en bonne santé sont également à proscrire... une petite touche de rouge, noir ou violet peut venir accentuer un gonflement anormal signe d’une mauvaise hygiène.

-  L’originalité : Pour qu’elle porte bien son nom, c’est à vous d’apporter cette dernière touche...

bie04.jpg

A retenir : L’inconnu inquiète... certaines couleurs ou objets qui n’ont rien à faire en bouche susciteront l’inquiétude ! On pourra par exemple ajouter du fil, des écrous ou tout autre chose. Evitez de surcharger, un seul petit détail peut suffire, laissez parler votre créativité, il faut attirer l’attention.

bie05.jpg

Les dents peuvent être réalisées en résines dentaires ou matériaux alimentaires. Il est également possible de créer des moules de ces dents en latex. On coule alors dedans des résines que l’on aura préalablement colorées. On peut ainsi se créer des collections de dents pour les différents besoins. Les gencives peuvent être composées de résines ou cires.

bie06.gif

Retrouvez les autres créations d’Arnaud sur son site : http://aero400ml.free.fr.


Il ne vous reste plus qu’à développer d’autres applications de ce procédé, selon vos propres besoins.

 

Cette fiche a été réalisée avec l’aimable participation d’Anne Charlotte et de Damien.

Vous pouvez retrouver les créations d’Anne Charlotte dans la Galerie : Anne Charlotte VIRIOT

Exemple de créations de fausses dents pro : http://www.dentaldistortions.com/


A vous de jouer !

Vous pouvez vous aussi présenter vos oeuvres dans nos pages. Envoyez-nous votre texte ou bien de une à trois photos par oeuvre (par e-mail ou par la poste). Nous la présenterons gratuitement aussi longtemps que possible. Seules conditions : vous devez être l'auteur de l'oeuvre et celle-ci doit avoir un rapport avec le Fantastique, la Science Fiction ou l'Horreur. Voir notre adresse dans la page Contacts

Pour nous contacter, envoyez un courriel au webmestre. Copyright ©
Lune Rouge